mardi 3 mai 2011

Blanchine & Duato : le duel

Avant de commencer, la petite mauvaise nouvelle du jour : je manque de temps. Et de motivation un peu aussi. Je manque de temps pour aller au concert/au spectacle et pour écrire. Et de motivation à cause d'un mois d'avril épuisant et de divers soucis perso.

Heureusement, Duato a sauvé un tout petit peu ça mi-avril.

Mais c'est tout ce que j'ai comme "nouveauté" à vous proposer !

 

Alors, au programme de ce nouveau triptyque du Ballet du Capitole, 2 pièces chorégraphiées par Balanchine, et une entrée au répertoire pour Duato.

Autant le dire tout net, j'ai été déçue par Balanchine. Je n'avais eu que des échos très positifs, notamment sur ses apports à la danse. Ben dans ces ballets-là (Symphonie écossaise et Raymonda Variations), je n'ai rien perçu comme apport. Uniquement de la technique pure, sans rêve aucun. De la distorsion et des déséquilibres, des pas complexes et rapides et de la musicalité... non, rien que de très convenu (oh, un solo de violon qui organise la rencontre des 2 étoiles !).

Pourtant, les danseurs du Ballet ont formé de beaux ensembles dans la Symphonie, et Isabelle Brusson a fait un passage éphémère d'une grande vivacité, avec de beaux chaussons rouges. Les Variations étaient à la rigueur un tout petit peu plus intéressantes, car, dès le début, la mise en valeur est explicitement technique. Tour à tour, défilé de pirouettes et pointes.

 

Ce qui, pour moi, a sauvé la soirée, c'est tout de même la formidable découverte de Nacho Duato Por vos muero. La bande son était déjà merveilleuse : des vers de Garcilaso de la Vega et des musiques espagnoles des XVè et XVIè siècles. Le travail de la compagnie sur cet ensemble, et l'écriture du chorégraphe... un pur moment de bonheur !

Bien entendu, Maria Gutierrez (que je n'ai pu admirer que dans cette pièce, elle ne faisait pas partie des distributions de cette soirée-là pour les autres pièces) est d'une incroyable richesse. Très diverse dans ses attitudes et les facettes du "personnage" qu'elle incarne.

2011_04_gutierrez_duato

Une demi-douzaine de tableaux qui parlent d'humanité, d'humanisme et de spiritualité, aux aspects très picturaux parfois, et qui sont réunis dans un très beau voyage.

Le journal du Capitole indique que nous "pénétrons dans un univers poétique de rendez-vous d'amour secrets et de rituels de cours très élaborés." Il y a forcément de ça dans les ensembles féminins et masculins, leurs alternances, mais aussi les pas de deux et soli.

... un merveilleux moment...

 

Pour lire d'autres avis, allez voir du côté de Dansomanie et de Classictoulouse.

 

D'ailleurs, à propos de revue de presse, vous pouvez lire aussi les articles consacrés au concert de musique française de Tugan Sokhiev à la tête de l'ONCT :

Culture 31

 Classictoulouse

Utmisol

 


Commentaires sur Blanchine & Duato : le duel

    J'adore ce que tu écris ! Tes articles sont toujours très riches et je les lis avec beaucoup de plaisir !

    Posté par Stéphanie, mercredi 4 mai 2011 à 11:50 | | Répondre
Nouveau commentaire