mercredi 12 janvier 2011

Ilan Volkov & Gautier Capuçon 25 nov. 2010

En l'absence de nouveauté musicale, je vous propose un aperçu d'un concert passé.

Mais je n'ai pas assisté au concert du soir mais à la générale de la matinée, ce qui m'a permis d'écouter finement le travail de l'Orchestre du Capitole.

Au programme :

  • Time strech (on Gesualdo) de Bruno Mantovani

Je n'ai pas gardé un souvenir impérissable de cette œuvre. J'ai néanmoins pu apprécier la gestique d'Ilan Volkov, essentielle dans ce temps étiré sur les accords principaux d'un madrigal de Gesualdo.

  • Concerto pour violoncelle et orchestre "Tout un monde lointain" d'Henri DutilleuxGauthierCapucon_mtammaro

La perfection à l'état pur ? Même au cours d'une répétition Gautier Capuçon déploie une intense poésie (dissimulée dans les vers de Beaudelaire utilisés par Dutilleux). Je situe d'ailleurs à égalité la pièce et le jeu du violoncelliste. Ils se mettent mutuellement en valeur.

  • Symphonie n°8 en fa majeur de Ludwig van Beethoven

C'est à mon avis le faux pas de la programmation. Même si je n'ai assisté qu'à une répétition, il s'agissait de la dernière avant le concert et je n'ai pas eu l'impression que l'orchestre et le chef maîtrisaient ensemble cette partition.
Je n'ai pas non plus senti de choc artistique, regard, mise en valeur mutuelle, éclairage entre les 2 œuvres de la première partie et la Symphonie.
C'est une partition symphonique de Beethoven que je ne connaissais pas du tout, mais j'en ai trouvé l'écriture délicate... et l'interprétation absolument pas à la hauteur de l'écriture. Nuances et articulations contraires au sens des phrases par exemple.

 

La répétition (comme le concert du soir) s'étant achevée sur cette oeuvre, j'en suis ressortie d'humeur mitigée, malgré la superbe prestation du Concerto.

 

Revue de presse :
Classictoulouse n'est absolument pas de mon avis, vous pouvez lire leur critique.
Une brève chez Jérôme Gac.

 

NB, crédit photo M. Tammaro


Commentaires sur Ilan Volkov & Gautier Capuçon 25 nov. 2010

Nouveau commentaire